Anouck Deprez

Micronutrition – Alimentation Santé – Nutrithérapie

Méthode de la nutrithérapie/micronutrition

Déjà en 340 avant Jésus Christ, Hippocrate, le plus grand médecin de l’Antiquité et maître de la médecine occidentale, faisait appel à l’alimentation pour soigner ses patients. Sa philosophie était : « Fais de ton alimentation ta première médecine ».

De nombreuses pathologies (comme la plupart des pathologies 100% génétiques, des maladies métaboliques, des myopathies,.), sont traitées par des protocoles nutritionnels. A fortiori dans la grande majorité des pathologies courantes (diabète, maladies cardio-vasculaires, dépressions immunitaires, inflammations, cancers, pathologies neuro-dégénératives, troubles psychologiques comme anxiété et dépression, etc.¦), dont la part génétique ne dépasse pas les 30%, les interventions nutritionnelles devraient prendre une place majeure tant dans les traitements ainsi que dans la prévention.

Les carences alimentaires, notamment en nutriments essentiels, provoquent de nombreuses répercussions sur l’organisme : sensations de faim, d’insatisfaction, de frustration,.¦ mais elles peuvent également induire l’apparition de compulsions alimentaires.

Parfois, le fait de complémenter notre alimentation en micronutriments peut aider significativement à réduire l’apparition de symptômes voir même les guérir totalement. Malheureusement, les compléments alimentaires ne sont pas souvent associés au traitement médical d’un patient et ce, pour différentes raisons :

– les médecins n’en ont pas toujours entendu parler au cours de leur cursus universitaire.
– ils peuvent être jugés « trop simples pour être vrais ».
– ils ne bénéficient que très rarement de financement car de telles molécules sont non brevetables.
– c’est aussi une question d’habitude. Les patients peuvent parfois être déçus s’ils ne ressortent pas avec une bonne liste de médicaments remboursés.

Cependant, une alimentation équilibrée, enrichie en certains nutriments ou en compléments alimentaires, peut avoir une réelle utilité.

Les objectifs de la nutrithérapie/micronutrition

La nutrithérapie vise de nombreux objectifs. Voici les trois principaux.

Objectif n°1 : Optimiser la santé

La nutrithérapie s’intéresse à optimiser par la nutrition l’ensemble des systèmes de l’organisme, l’ensemble des fonctions de l’être humain.

En effet, l’alimentation est étroitement liée à la qualité de la vie et améliore de nombreux points de santé :

  • La fertilité masculine et féminine
  • Le déroulement de la grossesse, la prévention des malformations, le développement de l’enfant in utéro et la qualité de l’allaitement
  • La croissance de l’enfant, le développement cérébral, intellectuel, affectif et comportemental de l’enfant
  • La résistance aux infections
  • Le capital osseux

Objectif n°2 : Optimiser les fonctions physiques et cérébrales

Les performances physiques et intellectuelles sont étroitement liées à l’alimentation. En effet, pour accomplir des performances, le corps a besoin d’énergie. Si nous en manquons, le corps, et plus particulièrement le cerveau, ne pourront plus fonctionner de manière optimale. L’un des objectifs essentiel de la nutrithérapie est de rétablir un bon niveau d’énergie.

Objectif n°3 : Prolonger la durée de vie en prévenant et en traitant les maladies

La nutrithérapie vise à prévenir et traiter les maladies en modifiant l’alimentation et en supplémentant les apports nutritionnels afin d’en combler ses limites. Elle tente de retarder l’apparition de désagréments du vieillissement comme :

  • la diminution de minéralisation osseuse
  • la diminution de la force et du volume des muscles
  • la diminution de mobilité des articulations
  • la diminution de l’épaisseur, de l’élasticité et du degré d’hydratation de la peau
  • l’apparition de maladies cardiovasculaires
  • l’apparition de maladies pulmonaires
  • la diminution de la tolérance au glucose
  • la diminution de sécrétions endocrines
  • la diminution de la fertilité
  • la diminution des défenses immunitaires
  • la diminution du nombre de neurones et de certains récepteurs
  • la diminution de la vitesse de conduction nerveuse et de la synthèse de certains neurotransmetteurs
  • la diminution de l’acuité sensorielle
  • l’apparition de maladies dégénératives comme le cancer, les coronaropathies et les artériopathies, l’arthrose, l’ostéoporose, la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, la cataracte, la dégénérescence maculaire,.¦

De plus, la nutrithérapie prévient la venue de maladies d’origine carentielle, de nombreuses pathologies génétiques (comme la mucoviscidose, la trisomie ou encore les myopathies) d’infections, de certains traumatismes, d’allergies, de certaines intoxications, d’ulcères gastroduodénaux, d’infarctus du myocarde et d’arythmies ainsi que de tous les soucis de santé où l’alimentation a un enjeu majeur. Les micronutriments jouent également un rôle essentiel dans le traitement de l’insuffisance cardiaque, de certaines épilepsies, de certaines leucémies, de l’autisme, de l’état de mal asthmatique, des brûlures, .¦ Elle améliore également la qualité de vie des patients traités par chimiothérapie et par radiothérapie.